la fête au collège

Le collège de Poya avait le cœur à la fête, samedi. Ouvert à la rentrée 2011, l’établissement a été inauguré en présence des 177 collégiens, de l’ensemble du personnel ainsi que des nombreuses personnalités de l’enseignement, de la commune et de la province qui ont œuvré pour que le collège tant attendu voie enfin le jour en 2011.

« Cette inauguration du collège de Poya est l’honneur et la fierté de l’Education, a ainsi souligné le vice-recteur, Patrick Dion. Merci aux élus qui ont permis la réalisation de cet établissement qui est le résultat d’un effort collectif, d’une volonté partagée par tous les responsables. Ce collège doit être une promesse d’unité, d’entente, de respect mutuel entre tous. »

Objectifs

Le principal du collège Essau-Voudjo a insisté sur le fait que cet « établissement de 200 places est un formidable outil de travail, fonctionnel, futuriste et extrêmement informatisé, dans un cadre verdoyant et calme ». Mustapha Drissi a tenu à rappeler que tous les employés de la structure ont pour objectifs la réussite de l’Elève et une éducation tournée vers l’orientation réussie : « Un collège doit être un sanctuaire au travers des principes divers de neutralité. Les élèves doivent atteindre un bon niveau de qualification car le pays a besoin de cadres. »

L’hymne du pays entonné par les élèves sous le lever des drapeaux, des chants en paici, des danses… ont animé cette cérémonie empreinte d’émotion. Le maire de Poya, François Joseph Meandu Poveu, très touché, s’est adressé aux collégiens : « Soyez tous fiers d’étudier dans ce collège, fruit du travail de vos aïeux qui avaient compris que la porte de sortie passait par le savoir. Pensez à vos parents qui marchaient à pied pour prendre le car. Merci à l’Etat et à la province Nord d’avoir mis ici ce collège, cette infrastructure est entre de bonnes mains. »

Confiance.
Les habitants de Poya savent combien ce collège s’est fait attendre. « La décision de construire un établissement date de 1995, a souligné Jean-Pierre Djaïwé, le vice-président de la province Nord. Le projet avait à l’époque été confié à la Ddec, mais le projet n’avait pas abouti. La collectivité a repris la main, mais d’autres priorités telles que les collèges de Hienghène et de Ouégoa ont fait que Poya a dû patienter. »

Aujourd’hui, vous pouvez profiter d’un « nouvel espace accueillant, moderne, qui donne envie d’y venir », a lancé Jean-Pierre Djaïwé à l’attention des élèves et de tout le personnel. « La réussite de nos enfants est notre volonté à tous. » Pour cela, le vice-président de la province Nord a insisté sur le rôle du principal et de ses enseignants. « Les parents vous font confiance pour que ce lieu soit celui où nos enfants apprennent à vivre ensemble et à se respecter. » Un discours partagé par le commissaire délégué en province Nord : « Cet établissement doit rester le signe de la cohésion, de la paix sociale. »

Des consignes que les collégiens respectent déjà à merveille, eux qui ont eu une tenue exemplaire tout au long de la cérémonie.

Emotion dans la famille Voudjo

Le collège de Poya porte le nom d’Essau Voudjo. Né en 1945 à Poya et originaire de la tribu de Népou, Essau Voudjo, fils de Léon Voudjo et de Lawi Ningo, a débuté sa carrière en mars 1964 à Lifou (école de Xodré) et a ensuite enseigné à Maré, à Poindimié, à Houaïlou, à Moindou, à Kouaoua, à Voh, à Ponérihouen jusqu’en 2008, date de son décès.

« Essau était très patient et calme avec les enfants, il aimait transmettre le savoir et l’éducation, a déclaré son épouse Marie, très émue. Dans les années du boom du nickel on lui a proposé d’aller travailler à la mine, métier mieux rémunéré, mais il a préféré continuer dans les écoles. Mes enfants et moi sommes fiers de l’avoir eu comme père et époux. Merci M. le maire, Essau doit être heureux là où il est. »

info portfolio

Mise à jour :
18 mai 2017

© Vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie 2012 | Plan du site | Contact | s'abonner au fil RSSFil RSS | Se connecter